Archive des chroniques "Cybernotes de Bertrand Salvas", telles que publiées dans le magazine "Entracte"
de la Chambre des notaires du Québec et autres contributions en droit des technologies de l'information.

Octobre 2000 >>> Un site Web : une vitrine incontournable !

Il y a quelques années à peine, rares étaient ceux qui pouvaient se vanter d’avoir assuré leur présence sur le Web. Internet était encore perçu comme un « gadget », un nouveau mot branché à prononcer pour se distinguer des autres lors d’un cocktail.  Tout ça allait bientôt passer, comme la mini-jupe, le disco, le « hoolah-hoop »... Un copain me disait à l’époque qu’il attendait que la mode passe pour se brancher, pour éviter l’affluence !

L'ampleur du bouleversement qui se préparait n'a pas été compris tout de suite. J'ai moi-même pris tout d'abord la chose un peu à la légère. J'étais bien loin de me douter à quel point la révolution technologique allait m'emporter dans son tourbillon. Vous connaissez la chanson : ce qui était superflu hier devient aujourd'hui essentiel et pris pour acquis. Être présent sur le Web, s'y réserver une vitrine minimale, devient quasi-incontournable. Mais au-delà de cette exigence un peu abstraite, il faut comprendre les avantages de se doter d’une page Web et surtout, de la maintenir.

Les fonctions d’un site Web peuvent varier d’un domaine d’activité à un autre. Dans le cas d’un professionnel, un notaire par exemple, le site Web servira principalement à des fonctions de marketing et de communication. Il pourra aussi, dans certains cas, servir carrément à la vente de produits ou services juridiques. Mais, à tout événement, il aidera à projeter une image moderne et dynamique de son propriétaire.

Au plan marketing, l’avantage de disposer d’une carte professionnelle virtuelle aussi élaborée, où le client retrouvera une présentation du professionnel, de ses champs de pratique, de ses intérêts, réalisations et implications, est très clair. Un tel outil pourra vous permettre de bien présenter vos services, de préciser les champs de pratique que vous voulez développer et de cibler la clientèle recherchée. Un bon site Web peut vous ouvrir la porte vers la spécialisation que vous recherchez, et la réflexion qui précédera sa conception pourrait être très enrichissante pour vous. L’exercice vous permettra d’établir vos objectifs et la marche à suivre pour les réaliser ce qui est, vous en conviendrez, une  planification assez difficile à faire dans la course folle de la pratique.

L'avantage indéniable du Web par rapport aux moyens de communication traditionnels est sans contredit l'interactivité et la convivialité. Ses fonctions hypertextes, qui permettent de sauter d'un site ou d'un document à l’autre, peuvent aussi être utilisées pour rendre votre site dynamique et intéressant à consulter. Il importe de savoir tirer profit au maximum de ces possibilités en les utilisant pour référer vos visiteurs à des sites pertinents aux champs de pratique que vous cherchez à développer. Vos clients apprécieront les informations et les liens qu'ils retrouveront dans votre page et y reviendront souvent. Surtout si vous la tenez à jour régulièrement. (Quoi de plus déprimant en effet que de visiter une page qui affiche fièrement : « dernière mise à jour 11 juillet 1996 » ...) L'exercice contribuera à établir votre statut et votre image de marque auprès d’eux.

Il n’est pas nécessaire de réinventer la roue. Les sites Web majeurs utilisent maintenant des technologies de pointe et les évolutions les plus récentes du langage HTML. Il s’agit, entre autres, d’animation Flash, d’alimentation audio ou vidéo, et d’autres techniques plutôt hollywodiennes.  Votre page Web peut fort bien remplir sa fonction principale en se contentant de vous présenter, de faire mention de vos spécialités et de vos disponibilités. Mais il y a une certitude: elle devrait toujours contenir des liens permettant de communiquer avec vous par courriel. Nous retrouvons ici la deuxième fonction habituelle d’un site Web, soit l’établissement d’un canal de communication direct entre vous et votre clientèle, actuelle ou potentielle. Vous devrez ici respecter deux règles. D’abord, vérifier vos courriels quotidiennement. Il est essentiel de montrer votre intérêt pour vos visiteurs. Un site Web, contrairement à une publicité dans un journal local, est vivant. Vous devriez le visiter et l’actualiser régulièrement, et répondre rapidement aux demandes qui vous seront acheminées par son entremise. Vous devrez aussi être très prudent quant à la confidentialité des communications que vous y entretiendrez (voir ma chronique du mois d'août sur ce sujet).

Les fonctions de vente en ligne de produits ou services juridiques ont été moins développées jusqu’à présent. Je vous ai glissé un mot récemment à propos d'un site où il est possible de faire préparer en ligne son contrat de vie commune[i]. Pour être franc, mon opinion sur de tels services n’est pas encore bien établie. Chose certaine, nous en verrons apparaître de plus en plus à l’avenir puisque les moyens techniques pour les mettre sur pied deviennent plus accessibles au commun des mortels. Autre certitude, les notaires ne pourront pas se permettre de laisser aux autres le monopole dans ce domaine. Ils devront tirer parti au maximum du Web et y faire leur place, y compris dans le domaine de la vente en ligne de services juridiques. Sous quelle forme devrons-nous le faire et jusqu’où devons-nous aller ? La question est posée. Devrons-nous voir ces initiatives comme des modes de vente de nos services réguliers ou comme des cadeaux promotionnels pour attirer la clientèle à nos études ? Le débat est ouvert, et nous en reparlerons bientôt.

En ce qui concerne la conception de votre page, plusieurs options s’offrent à vous. En gros, vous pouvez la faire vous-même ou confier cette tâche à un tiers. Il existe en effet beaucoup de logiciels et de sites permettant de compléter une telle opération assez facilement. Mais si la première avenue peut réserver des surprises à plusieurs, ou déboucher sur un résultat qui aura l'air un peu amateur, s'aventurer dans la seconde mérite aussi quelques précautions.  Plusieurs s'improvisent « concepteurs de pages Web » et s’affichent comme tels. Voisins, neveux et beau-frères vous offriront très certainement leurs services. (si ce n'est déjà fait). Mais si vous cherchez à mettre en ligne un page à l'allure professionnelle, ce type de solution n'est pas nécessairement la meilleure. Ici comme ailleurs, on en a toujours pour son argent. Demandez donc à voir quelques-unes des autres pages programmées par votre concepteur-maison avant de vous engager avec lui. N'hésitez pas à faire affaires avec une entreprise reconnue, ou qui vous aura été référée par quelqu’un de crédible. Il en va de votre image.

Vous devrez ensuite voir à l'hébergement et à l’indexation de votre page. De nombreux fournisseurs d'accès internet (FAI) offrent à leurs clients un certain espace disque pour y loger leur site. Le mien, par exemple, me laisse gratuitement 5 megs pour y loger ma page (toujours inexistante d'ailleurs... fichu bon cordonnier, non ?)  On trouve aussi sur le Web plusieurs sites d'hébergement gratuit de pages personnelles. Ces services imposent généralement la présence de bannières publicitaires du serveur, ce qui n'est pas nécessairement idéal pour une page professionnelle. Quant à’indexation de votre site, l'opération consiste à l’inscrire dans des moteurs de recherche ou portails d’information. Vous pouvez avoir le plus beau site du monde, mais si personne ne sait où il se trouve, vous ne serez pas plus avancé ! Ici aussi, plusieurs ressources existent sur le Web pour vous guider dans cette procédure [ii] .

Finalement, certaines entreprises vous offriront un forfait comprenant la conception, l'hébergement et l’indexation de votre site. Cette solution a l'avantage de vous libérer de tout problème technique éventuel, de toujours maintenir votre page disponible et de vous laisser à votre pratique quotidienne.  Cependant, assurez-vous que l'entreprise en question conserve des copies de sécurité. On ne sait jamais... Vérifiez aussi périodiquement si votre page apparaît dans les moteurs de recherche. Dans le cas contraire, demandez des explications et des correctifs.

Selon l'usage que vous voudrez en faire, il pourra être avatageux d'accoler à votre page Web un nom de domaine original. Par exemple, www.bertrandsalvas.com pourrait être plus facile à mémoriser pour mes clients que www.colba.net/users/personnel_bsalvas (ou quelque chose du genre...). La réservation d’un tel nom est facile et peu coûteuse à réaliser. Trouver un nom de domaine disponible est cependant une autre affaire. Ici aussi, vous pouvez enregistrer vous-même votre nom de domaine. Plusieurs sites vous offrent ce service, notamment celui de Network solutions[iii]. Votre fournisseur d’accès Internet ou, éventuellement, l’entreprise que vous mandaterez pour mettre votre site en ligne pourront aussi vous aider dans cette procédure.

En définitive, s’il est possible que vous cherchiez aujourd’hui ce que vous pourrez faire d’une page Web, je suis certain qu’une fois que vous en aurez une, vous vous demanderez comment vous avez pu vous en passer aussi longtemps... à la condition, bien entendu, qu’elle soit bien adaptée à vos attentes et que vous en utilisiez tout le potentiel.

Plus nous verrons de notaires sur le Web, plus le notariat projettera l’image d’une profession moderne et bien adaptée à son époque.  Cette image rejaillira sur tous ses membres et nous aidera à bien nous positionner dans le domaine du commerce électronique qui mènera le monde dans les décennies à venir.

Avant de terminer, un petit suivi concernant ma dernière chronique. Tout d’abord, l’adresse du site de Canlii, qui n’était pas disponible au moment d’aller sous presse, est maintenant officielle : www.canlii.org. Ensuite,  j’ai reçu la confirmation que l’étude à laquelle j’ai collaboré, portant sur la diffusion du droit canadien sur Internet, sera bientôt publiée dans la Revue du Notariat. Ceux que la question intéresse pourront ainsi en savoir plus!

N’hésitez pas à me contacter ou à me poser des questions par courriel. Au risque de me répéter, vos commentaires sont  toujours très appréciés. Vous pouvez aussi lancer vos questions sur le forum de Juriscom.net [iv]que je consulte quotidiennement. À bientôt !


[i] http://www.avocat.qc.ca/vie.htm

[ii] Pour plus de détails sur ces opérations et leurs conséquences juridiques, vous pouvez consulter le texte « Les faces cachées de l'information » sur Juriscom.net, au http://www.juriscom.net/universite/doctrine/article1.htm

[iii] http://www.networksolutions.com/   Et non, je n’ai pas de cote!

[iv] http://www.juriscom.net/forum/index.htm

Aucun commentaire:

Publier un commentaire