Archive des chroniques "Cybernotes de Bertrand Salvas", telles que publiées dans le magazine "Entracte"
de la Chambre des notaires du Québec et autres contributions en droit des technologies de l'information.

Juillet 2007 >>> Qu'est-ce qui te blogue ?

« Blogue : Site Web évolutif, ayant la forme d'un journal personnel, daté, au contenu antéchronologique et régulièrement mis à jour, où l'internaute peut communiquer ses idées et ses impressions sur une multitude de sujets, en y publiant, à sa guise, des textes, informatifs ou intimistes, généralement courts, parfois enrichis d'hyperliens, qui appellent les commentaires du lecteur. »1

J'ai réalisé récemment qu'après six ans de cybernotes, soit en près de 60 chroniques en ces pages, je n'avais jamais vraiment eu l'occasion de vous parler des blogues. Le phénomène est pourtant très répandu. Technorati par exemple, moteur de recherche spécialisé dans l'indexation des contenus diffusés sur ce type de site, répertoriait en novembre dernier plus de 60 millions de blogues sur Internet ! Moi qui songeait à en ajouter un sur mon site, disons que je vais y repenser...

Beaucoup d'entre nous cherchons à sortir de l'anonymat, à faire connaître notre point de vue, bref, à connaître ces fameuses quinze minutes de gloire que promettait Andy Warhol.2 Les gens ont donc très tôt trouvé le moyen d'utiliser Internet pour exprimer leurs idées, que ce soit sur les bons vieux BBS (« Bulletin board system »3), ou par la mise en ligne de journaux personnels. L'utilisation de ces moyens d'expression imposait cependant de disposer de certaines connaissances techniques. La technologie du blogue, au contraire, permet à quiconque de mettre en ligne ses opinions facilement et sans contrainte technique.

L'engouement pour les blogues démontre à quel point les internautes sont intéressés par tout ce qui peut leur permettre de prendre le contrôle du Web. Pensons aussi au phénomène YouTube4, site de partage de clips vidéos fondé en 1998 par deux étudiants de l'Université Stanford et acheté cet automne par Google pour la modique somme de 1,65 milliards de dollars américains5.

Cette technologie permet donc à chacun d'entre nous de crier son opinion sur les toits. Rarement l'individu a-t-il disposé d'une telle liberté, ni a-t-il été confronté à de pareilles responsabilités. Car vous aurez compris que publier son opinion sur Internet porte beaucoup plus à conséquence que de le faire dans son journal personnel. La possibilité offerte par cette technologie aux lecteurs de réagir aux opinions et de publier leurs propres commentaires peut aussi provoquer certains débordements.

Notre jurisprudence est encore bien pauvre en la matière, mais du côté français, signalons que les tribunaux ont déjà réagi en condamnant notamment deux internautes à la suite de la diffusion sur un blogue de messages haineux avec, en toile de fond, les manifestations et les violences parisiennes du mois de novembre 2005. Il s'agissait en l'occurrence de propos agressifs publiés tant par l'auteur du blogue que par certains de ses visiteurs. On y retrouvait même des menaces de mort proférées contre certains élus et agents de police. Le tribunal, en condamnant le blogueur à 6 mois de prison avec sursis, a donc rappelé que les règles de droit traditionnelles s'appliquent aux blogues, qu'il s'agisse de diffamation, de propos haineux, d'incitation à la violence ou, plus simplement, de respect du droit d'auteur ou du droit à l'image. Rappelons-nous aussi l'affaire Hilton, où l'identité des victimes avait été dévoilée sur des blogues basés aux États-Unis, malgré l'ordonnance de non-publication qui frappait cette affaire au Canada.

Au Québec, seulement deux jugements contenant le mot « blogue » se retrouvent sur IIJCAN6. Dans l'un d'entre eux, les demandeurs allèguent la publication de propos mensongers et diffamatoires à leur égard et demandent leur retrait par une demande en injonction. Démontrant la nouveauté du phénomène, le juge rejette la demande vu l'impossibilité de statuer sur la possibilité pour le défendeur de retirer les propos : « Aucune preuve n'indique qu'un ou plusieurs des défendeurs ont le contrôle sur les propos qui y sont tenus, ni qu'ils ont la capacité technique de supprimer certains commentaires. »7 La petite histoire ne dit pas si les demandeurs sont revenus à la charge avec une pareille preuve, mais il nous est permis de croire que l'issue aurait pu être fort différente si la preuve de la facilité à corriger un blogue avait été faite.

Bref, le phénomène du blogue vient changer la donne dans de nombreux domaines favorisant ainsi la libre expression et la libre circulation des informations. Quiconque veut s'aventurer dans ce domaine devra cependant faire preuve de prudence, et de retenue.

Firefox à 30 %
Qui l'aurait cru lors de son lancement? Voici donc que 30 % des internautes utilisent une version ou une autre du navigateur Firefox, contre 60 % qui restent fidèles à la famille Internet Explorer. Quant à la nouvelle version 7 du navigateur de Microsoft, seulement 7 % des internautes déclarent l'utiliser. À titre de comparaison, souvenons-nous qu'à la même époque en 2003, plus de 85 % des internautes utilisaient IE. Firefox a donc réussi à créer une sérieuse brèche dans le monopole Internet de Microsoft, ce qui est tant mieux pour la libre concurrence !

Le choix d'un navigateur est crucial. Le niveau de sécurité qu'il offre, les options de confidentialité disponibles et sa fiabilité générale doivent être pris en ligne de compte. Ainsi, Firefox semble être moins visé par les pirates informatiques qu'Internet Explorer, ce qui est rassurant. Mais la compatibilité du navigateur avec les sites visités est aussi très importante. Prenons l'exemple de mon récent passage au nouveau Internet Explorer 7. Saviez-vous que le site de consultation des taxes de la Ville de Montréal n'a pas encore intégré les fonctionnalités d'IE 7 ? Cette situation n'est pas anormale en soit, car ces migrations techniques ne se font pas instantanément.

Mon passage à IE 7 ayant fait disparaître IE 6 de mon système, je dois maintenant utiliser Firefox pour consulter ce site. Sauf quand vient le temps d'approvisionner mon compte de dollars pour acquitter mes recherches, car le module de paiement électronique de Firefox n'est pas compatible avec ce système... Bizarrement Netscape, qui utilise la même technologie que Firefox, réussit à se tirer d'affaire en ce domaine. Je suis donc condamné à utiliser différents navigateurs sur différentes parties de ce site. Il est donc conseiller de ne pas se précipiter sur les nouvelles moutures des navigateurs, et d'attendre que leur utilisation soit répandue et que les sites que vous utilisez fréquemment les acceptent sans problème. Les meilleurs d'entre eux afficheront leurs couleurs en ce domaine en se déclarant optimisés pour telle ou telle version des principaux navigateurs. À la prochaine !





1 Office de la langue française. http://www.olf.gouv.qc.ca/ressources/bibliotheque/dictionnaires/ Internet/fiches/8370242.html

2 http://en.wikipedia.org/wiki/15_minutes_of_fame

3 http://en.wikipedia.org/wiki/Bbs

4 www.youtube.com

5 vous avez bien lu...

6 www.iijcan.org

7 Vaillancourt c. Lagacé, 2005 IIJCan 29333 (QC C.S.)

Aucun commentaire:

Publier un commentaire