Archive des chroniques "Cybernotes de Bertrand Salvas", telles que publiées dans le magazine "Entracte"
de la Chambre des notaires du Québec et autres contributions en droit des technologies de l'information.

Juin 2011 >>> Hey, Steve ! Arrête de me suivre !

Si vous regardez un tant soit peu la télévision au Québec, vous ne pouvez pas ne pas avoir subi au moins une fois l'un de ces commerciaux d'une compagnie de téléphonie cellulaire mettant en scène un groupe d'adolescents vivant toutes sortes d'aventures technologiques ridicules. Incarnés par des comédiens pourtant en âge d'avoir eux-mêmes des ados, ces commerciaux nous montrent à l'occasion comment leurs merveilleux appareils permettent de savoir, en temps réel, où se trouvent leurs amis. Quelle merveille, non ?

Cette merveille a un nom, la géolocalisation. En gros, on y combine les technologies du GPS et de la détection des ondes cellulaires pour déterminer précisément où se trouve un individu (ou plutôt son téléphone) à un instant déterminé. Je dois avouer que ces commerciaux, au départ plutôt agaçants en soi, m'ont toujours aussi dérangé à cause de mon allergie fondamentale face à toute atteinte à la vie privée. L'image des petites photos des amis de nos zigotos se promenant sur une carte routière à l'écran d'un cellulaire, censée faire la démonstration de la modernité et du caractère « cool » des appareils annoncés, me rappelait plutôt les termes de la Loi sur le cadre juridique des technologies de l'information : « [...] nul ne peut exiger qu'une personne soit liée à un dispositif qui permet de savoir où elle se trouve. » (1)  Je me suis en effet toujours demandé si le consentement des utilisateurs de ces téléphones intelligents était effectivement obtenu, et ce, de manière libre et éclairée...

La loi ne fait aucune distinction entre les types de technologies. On dit, à ce sujet, qu'elle fait preuve de « neutralité technologique ». Ses termes s'appliquent donc à tout type d'appareil qui répondent aux critères ou participent aux actions qu'elle décrit, qu'il s'agisse bien sûr d'ordinateurs, mais aussi de téléphones cellulaires, intelligents ou pas, tablettes informatiques, ou encore de lecteurs MP3, fours micro-ondes, automobiles, grille-pain ou n'importe quel gadget offrant un accès Internet. La palette ne faisant que s'étendre, ce n'était qu'une question de temps avant que l'épine de la géolocalisation ne s'enfonce douloureusement dans notre pied.

Le gâteau a atteint le ventilateur (2)  le mois dernier, quand des usagers ont découvert un fichier système propre aux iPhones et iPads, stockant toute localisation de l'appareil pendant un an. En clair, le système de votre appareil tient un journal de tous les endroits que vous avez traversés avec lui, dans un langage clair et non sécurisé, officiellement aux fins de faciliter vos connexions subséquentes... Le problème tient justement au fait que personne chez Apple ne s'entend pour dire à quoi sert vraiment ce dispositif, pour qu'elle raison il se trouve dans les appareils, ni qui peut y accéder. Le fait que ce fichier soit conçu pour se sauvegarder et se synchroniser avec tout appareil rattaché à votre copie de iTunes, qu'il survive à toute réinstallation/reformatage du système et que certains représentants d'Apple ont déclaré avoir appris par les médias son existence pour ensuite présenter ses principaux risques comme des « bogues » à corriger, laisse aussi plusieurs observateurs perplexes. Si, au pire, nous nous trouvons ici en présence d'intrusions dans la vie privée des gens, le meilleur scénario nous laisse quand même face à un risque de sécurité pour les usagers et à une attitude plutôt légère d'Apple en matière de confidentialité.

Graphique établi à partir de vraies données de géolocalisation retrouvées dans un iPhone 4



(réf : http://radar.oreilly.com/2011/04/apple-location-tracking.html)

La bonne, même très bonne nouvelle dans tout ça, c'est que les décideurs du monde entier n'ont pas pris la chose à la légère. Se pourrait-il qu'ils soient enfin sensibilisés aux questions de protection de la vie privée? L'Europe, qui fait office de précurseur dans le domaine, a déjà montré ses couleurs en dévoilant son intention de réviser ses politiques afin de faire en sorte que les données de géolocalisation soient considérées comme des données personnelles, avec toute la protection qui vient avec (3). Mais toujours est-il que certains sénateurs américains ont également pris les choses très au sérieux, et ont convoqué Apple mais aussi Google et Microsoft à comparaître devant un comité pour exposer leur point de vue sur les questions de sécurité de confidentialité liées à l'usage des téléphones cellulaires. Les présentations préliminaires des compagnies n'ont pas apporté grand-chose sauf des contradictions avec leurs déclarations précédentes, aussi il sera intéressant de voir les suites de cette comparution. Mais déjà, le problème de la localisation des usagers d'Internet par les compagnies de marketing fera déjà l'objet d'un projet de loi américain imposant que la possibilité soit offerte aux usagers de se retirer de tout tel système (4).

Tout ceci vu sous le spectre de l'intérêt manifesté pour ces questions par le président lui-même, nous permet d'espérer enfin l'arrivée d'un vent de protection des individus en provenance des États-Unis. Et pour une fois, souhaitons que le gouvernement fédéral poursuive dans sa politique d'agir comme une succursale de Washington, ne fasse pas sa fine bouche, et nous permette d'en bénéficier. Encore une fois, affaire à suivre...

Dis Bill, tu veux bien m'acheter?

J'ai eu une idée géniale ce matin... Je vais fonder une entreprise. (Rassurez-vous, je vais la constituer au fédéral car je souhaite recevoir mes statuts avant Noël!) J'irai chercher du financement public et bancaire, et j'offrirai des services gratuits sur Internet. Quels services au juste? Aucune idée! Ce n'est pas pertinent... L'important, c'est que ça ne coûte rien, afin que le plus de gens possible s'y inscrive.

Ensuite, une fois que j'aurai des millions d'abonnés, que la compagnie croulera sous les dettes et générera de solides pertes, récurrentes, régulières, j'irai voir mon ami Bill et lui offrirai de m'acheter pour plusieurs millions de dollars. Ma fortune est faite! Palm Beach, me voila! Et pour ceux qui croient que je suis fou, rappelez-vous que cette semaine, Microsoft a payé 8,5 milliards de dollars pour Skype, compagnie ayant généré l'an dernier sept millions de dollars de pertes sur environ 900 millions de revenus, et comptant des dizaines de millions d'abonnés ne payant pas un sou à l'entreprise. Moi qui croyais que la bulle technologique avait éclaté il y a dix ans...

À la prochaine!




(1)  Article 43, alinéa 2
(2)  Adaptation polie et très personnelle d’une l’expression anglaise que je ne citerai pas ici…
(3)  L'Europe veut faire de la géolocalisation une donnée personnelle,  13 Mai 2011, http://www.numerama.com/magazine/18787-l-europe-veut-faire-de-la-geolocalisation-une-donnee-personnelle.html
(4)  Sen. Rockefeller Announces Anti-Online-Tracking Bill,  Wired, 6 Mai 2011  http://www.wired.com/epicenter/2011/05/sen-rockefeller-announces-anti-online-tracking-bill/


Aucun commentaire:

Publier un commentaire